THE SAILING FAMILY

Pour Klaus Wolfsberger et sa famille un rêve devient réalité. Avec sa femme et ses deux filles, Alina (15 ans) et Vita (13 ans), ils sont partis début juillet pour un grand voyage sur le voilier Maya. La Grèce et la Sicile seront les premières étapes de ce voyage. Nous les avons rencontrés peu avant leur départ en juin et avons décidés de les accompagner sur le chemin de leur rêve. 

 

Klaus, tu es l’instigateur de ce voyage pas très commun. Peux-tu nous expliquer comment l’idée de t’es venue de faire un tel voyage à bord d’un voilier avec ta famille ?

Klaus : C’est une idée qui a mûrie. J’avais depuis longtemps déjà le rêve de naviguer et de voyager sur la mer. De plus nous voulions aussi voyager ensemble, en famille pendant une année -  pendant que nos filles Alina et Vita habitaient encore chez nous. Le problème des coûts se pose très rapidement lorsque l’on souhaite organiser un tel voyage. Et après beaucoup d’hésitations, nous avons eu l’idée d’habiter sur un voilier. Cela nous permettait d’économiser et de vivre mon rêve. Lorsqu’on a un rêve, il faut le réaliser. Il n’y a qu’une raison de ne pas réaliser son rêve, c’est la peur de l’échec. Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours voyagé. Dans toute l’Europe, dans certains coins de l’Afrique, aux Amériques, en Asie du Sud- Ouest. Pendant mes études, j’ai organisé et vendus des projets de sports extrêmes et d’aventures. Un autre sportif et moi-même nous filmions en faisant du Windsurf, du mountain bike ou encore du Snowboard. Nous revendions ces projets aux chaines de télé et à certains magazines. Cette quête de nouvelles aventures a donc toujours été présente, depuis mon plus jeune âge, et ça ne se met pas de côté comme ça. 

 

 

Depuis quand navigues-tu ? Pratiques-tu encore d’autres sports ? 

Klaus : La première fois, c’est lors de notre tentative de rejoindre en planche à voile Rhodes depuis Athènes. Nous avons dû faute de vent abandonner. Nous sommes revenus sur Athènes grâce à un skipper et son voilier – je crois bien que cela était en 1997. Je me suis construit ces dernières années un savoir - plutôt théorique - grâce à une formation théorique de skipper, l’examen de radiocommunication, et des DVD de navigation. Avec tout ça je sais à peu près comment cela fonctionne, mais il me reste à apprendre la pratique. Mais j’ai quand même de bonnes connaissances de la mer et des vents, puisque je fais depuis plus de 20 ans de la planche à voile et du Kitesurf. Sachant que j’ai fait beaucoup de longues distances avec la planche à voile (par exemple Indonésie-Malaisie). Mon approche d’un nouveau sport a toujours été d’apprendre sur le tas. A côté du Kitesurf et du snowboard, je pratique également du fitness et de la musculation. Je ne pourrais pas m’imaginer un jour sans activité physique. 

 

Vous serez 4 à bord. N’appréhendez-vous pas que quelque chose puisse se passer ? Comment se sentent vos filles ? 

Klaus : Il était important pour mes filles qu´on y aillent doucement. C’est pourquoi nous avons décidés de commencer avec un petit bateau, afin d´accumuler des connaissances. Mes filles peuvent mieux décrire leurs sentiments que moi..

Alina : Je suis contente, mais je ne peux pas dire que je suis encore convaincue. J’ai peur des grosses vagues et du mal de mer. Sinon je suis très optimiste sur le projet. Bien sûr, je pense que quelque chose pourrait se passer. Mais si nous y allons doucement, et que nous commençons par de petits trajets de façon à nous habituer, je suis sûre que cela sera très amusant !

Vita : Je suis vraiment très contente. J’espère que je n’aurais pas le mal de mer, mais je ne pense pas. Je suis convaincue par ce projet depuis le début. Ça va être super !

 

Vous partez en juillet. Que devez-vous encore préparer ? 

Klaus : Nous commençons en juillet et vous pourrez suivre nos aventures sur Youtube sur notre canal «  The sailing Family », où nous mettrons des vidéos toutes les 1 à 2 semaines. Il y a encore plus d’informations sur notre site www.theSailingFamily.com . Comme nous avons pris cette décision en janvier, nous avons déjà pu beaucoup préparer. L’équipement manquant pour le bateau est déjà en route vers la Grèce, point de départ de notre aventure. Début juillet, je rencontre le vendeur du bateau à Kalamata – notre Yacht y sera mis à l’eau – et il nous montrera tout ce qu´il y a à savoir sur Maya, notre bateau. Nous allons naviguer 1 à 2 jours ensembles. Un ami qui est un navigateur expérimenté, naviguera avec moi de Kalamata jusqu’en Sicile – environ 500 milles nautiques. Ça va être ma semaine d’apprentissage intensif. Ma famille montera alors à Marsala – Sud-Ouest de la Sicile – à bord. De là nous mettrons le cap ensembles sur les îles Egadi. Le reste se mettre en place au fur et à mesure… Restez branchés pour plus d’infos :) 

 

Comment avez-vous trouvé votre voilier Maya ?

J’avais un budget vraiment très précis. Heureusement les prix des bateaux sont en ce moment très bas, et l’offre large. Après environ 2 semaines de recherches sur internet j’avais trouvé Maya. J’ai convaincu ma famille de prendre l’avion pour Athènes, le temps d’un week-end, pour voir le bateau sur place. Nous étions tous enthousiastes, et nous avons négociés et profité d’une bonne occasion. Et voilà, c’était fait. Jusqu’à présent nous ne connaissons Maya que depuis sa place à terre. Nous sommes impatients de voir comment elle se comporte sur mer.

SHARE

Veuillez saisir la suite de chiffres dans le champ de saisie suivant

Les articles signalés par une * sont à renseigner obligatoirement.